Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 06:02

 

DSC01288.JPGMalgré une organisation de course parfois approximative, les coureurs de la TCN étaient la et bien la avec la ferme intention de se faire voir et de parler de la TCN 2015
Malheureusement la course déguisée n'a pas été récompensée.DSC01308.JPG..mais le contrat "voir les TCN" a lui été largement rempli.
Mais sur la course Elite nous avons pu voir Laurent sur le podium.
Voici des liens photos...qui peuvent faire peur

Voici deux liens pour en voir d'autres :

Le lien d'Isa

et le notre

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 04:58

http://www.nexxtep.fr/2014/Saintelyon/Logo_SainteLyon.png

Course incroyable!

Départ a minuit pour France pour le premier relais (28km), je monte a st Catherine, je roupille un peu dans le bus et prends mon depart a 3h!Meichu-1.jpg

Heureuse de repartir pour ma troisième participation et ma première arrivée, mon objectif!

Cette année les conditions sont bonnes, pas de neige et pas trop de vent.

Par contre, la boue colle aux baskets et l eau rend les descentes périlleuses. Au 25 eme km, je suis épuisée, j envoie un sms a France au dernier ravito : suis morte, mais vais continuer:-).

Les difficultés sont présentes tout le long, surtout a la fin, les montées interminables de st foy, il reste même un escalier a 2 km de l arrivée, une vraie torture! Le dernier km je ne sais pas comment j ai fait pour pouvoir courir! Et a 50 m de l arrivée je retrouve France qui me porte a bouts de bras, l émotion est intense, nous franchissons l arrivée ensemble avec une joie immense : nous avons réussi, 8:31 de course et deuxième équipe féminine, a 1/4 d h de la première place! 20141207_083905-copie-1.jpg

J aime cette course, j aime cette sensation de partager un défi personnel et commun aux autres, j ai adore le faire en relais. Vivement l année prochaine!!!

Repost 0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 21:47

http://www.val-lamartinien-passion.fr/images/trail%202014%20plaquette.jpg

Courir à domicile, génial ! Alors l’année prochaine TCN venez découvrir « chez moi »…

C'est par un nouveau samedi d’octobre sous le soleil que s'est déroulée la 1ère édition du trail de La Roche Vineuse à côté de Mâcon, dans cadre que j’apprécie particulièrement, le Val Lamartinien.
Je connais presque chaque sommet mais pas tous les chemins y conduisant donc j'arrive motivé dans l'air de départ avec un de mes meilleurs amis qui découvre notre sport. Au programme 19,2km et 850 de positif. Du concentré et des montées raides comme j'affectionne. Nous sommes 172 coureurs près à partir à l'assaut du Mâconnais !


Le départ se fait sur la route principale du village avant d'attaquer les choses sérieuses dans un chemin herbeux et raide après 1,5km de course pour rejoindre Bussières. Il faut jouer un peu des coudes pour faire sa place et 1km plus haut au-dessus du vignoble nous arrivons sur le premier sommet : le Monsard à 406m. Les coureurs s’éparpillent déjà  et je pointe en 16ème position. La vue est splendide sur les villages alentours et les roches de Solutré et de Vergisson mais pas le temps de s'attarder car dès le début de la descente je reprends trois coureurs.

La descente technique à peine terminée nous remontons immédiatement dans un pierrier étroit et pentu. Le pas de marche s'impose et je grappille une nouvelle place. Un léger replat sur l’asphalte me permet de faire la jonction avec deux coureurs. A Milly-Lamartine, après 1,5km entre les vignes, nous amorçons une nouvelle grimpette depuis Pierreclos dans un single herbeux pour rejoindre la table d'orientation et le premier ravito au bout de 6,5km. Dans l'ascension j'en profiterai pour lâcher mes deux compères. Après un rapide arrêt et un coup d'œil au panorama toujours aussi beau, je reprends le single en devers qui continue de monter à flanc sur la montagne de Cras (505m) avec en point de mire deux nouveaux coureurs. Dans la descente sur Sologny (dans un single de buis puis sur un chemin plus large) que je connais bien, je reprends et lâche les deux hommes puis un troisième sur le replat après un gros effort. On s'entendra parfaitement sur les relais pour aller au bout. Km_5.jpg

Au km 9 à Sologny  je retrouve deux amis signaleurs qui ne manquent pas de m'encourager comme il se doit : "vas-y à fond vous êtes 9 et 10, on se retrouve à la buvette", OK ! Juste après une nouvelle bosse et au ravito du km 11 je passe devant mon compagnon de route et décide de m'arrêter pour manger et boire calmement. Mais lui fait un arrêt éclair et je dois repartir aussitôt verre et abricots à la main entre les vignes, pas envie de le lâcher celui-là ! On commence alors 1,5km de portion roulante avant de se trouver au pied de l'avant dernière difficulté : la roche-Coche de Berzé à 455m. On aperçoit la croix du sommet de très loin et on se demande par où on va y accéder.

Nous commençons la montée au pied de la Chapelle des Moines, passons dans le village où beaucoup de monde nous encouragent puis prenons un chemin raide et étroit, une pente à près de 20% puis de grosses marches nous obligent à "crapahuter". Un petit chemin sur la crête avec une vue superbe sur le Mâconnais s'offre encore à nous et nous nous arrêtons à peine au dernier ravitaillement après 2km d’ascension. Une courte descente à toute vitesse ne nous donne que très peu d'élan pour la dernière difficulté… le Mont de La Fa. Passage-a-la-Roche-Coche.jpg

Je cède alors  quelques mètres à mon acolyte, puis une dizaine, mais je m'accroche car nous reprenons successivement deux nouveaux coureurs avant le sommet. Au km 17, plus de montée au topo mais une longue descente de 2,2km s'annonce avec 1km dans un single aux pierres pointues entre lesquelles il faut slalomer, puis dans un chemin large avant d'attaquer la portion de route où je reprends un nouveau traileur.

A 500m de l'arrivée je fais presque les yeux fermés un passage dans des escaliers rendus glissants par les feuilles au sol. J'arrive alors dans le parc du village avec en vue la ligne d’arrivée. Un dernier sprint et le public applaudi chaque arrivant chaleureusement. Une tape amicale avec mon complice du jour arrivé quelques secondes plus tôt et ce 1er trail de La Roche se termine sur une belle 7ème place, j'ai beaucoup donné aujourd'hui pendant 1h39 ... Lucile n’aura même pas le temps de me prendre en photo car je suis en avance sur le temps prévu. Je devais faire se trail « tranquille », pas grave j’aurai quand même un bisou en compensation !

On attend impatiemment notre « ami Pierrot » qui franchira la ligne en 2h22 à la 124ème place, pas mal pour un début. Plus tard les copains signaleurs sur le parcours me retrouvent... à la buvette, on peut célébrer tout ça ! Une première plus que réussie pour la sympathique et dynamique équipe du Val Lamartinien Passion alors à l’année prochaine.

@+ dans l’sentier

Repost 0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 20:19

http://trailduhautclunysois.com/style/top.jpg

6km devant et... le marath

on dans un coin de la tête

Après consentements des "sages du marathon" Régis et Vincent, voilà quelques semaines que j'ai décidé de participer au marathon du Beaujolais avec pour objectif 3h20-3h30.
Mais j'avais coché le Trail du Haut Clunysois proche de mes terres pour faire une sortie longue. C'est par un samedi chaud et ensoleillé que je me retrouve sur la ligne de départ du 28km et 850 de D+. A mes côtés je retrouve un "vieux copain" de lycée, vainqueur de l'édition 2010 sur 38km. Je décide de partir avec lui sur les 6 premiers kilomètres au profil roulant et descendant. On avale alors cette portion avec le groupe de tête composé de 6 hommes, non sans une certaine fierté d'ouvrir la route. La première petite bosse est négociée sans difficulté mais dès le premier obstacle sérieux je décide de lever le pied - car l'objectif de cette fin d'année est le marathon - et de reprendre mon rythme habituel. Mais je ne peux pas, pas de jambes, impossible de suivre un groupe (du 7ème au 10ème) au rythme que d'habitude je suis sans difficulté. Même dans les portions plus roulantes je n'y arrive pas. Un autre groupe (du 11ème au 15ème) me reprend et pareil, les jambes ne répondent pas et dès que le profil devient ascendant, je lâche du terrain. Je ne m'affole pas pour autant et décide de faire la deuxième partie de course sur des bases calmes. Quelques coureurs me reprendront et je m'accrocherai pour terminer 18ème sur 125 en 2h36 après avoir laisser deux féminines du 14km me griller sur le sprint final. Le parcours composé à 85% de chemins humides (parfois gras) dans les pâturages et en sous-bois était très agréable mais sans portions de répit. Les deux derniers kilomètres, commun aux 5 épreuves est long car tout en côte. Déception également de finir à 13 minutes du second de l'épreuve, un traileur que j'ai devancé de nombreuses fois. Une ambiance champêtre et conviviale dans ce petit village du Clunysois où je retournerai l'année prochaine (bière offerte à l'arrivée..)
Mon "vieux copain" était aussi dans un jour sans, après 15km il n'a plus les jambes et terminera 12ème. On décidera après discussion à l'arrivée de s'inscrire au marathon du Mont-Blanc en juin 2015. Maintenant on attend avec impatience le tirage au sort dans quelques jours...
Une performance moyenne que je mets sur le compte de la préparation marathon et de ne pas vouloir me griller à 5 semaines de l'épreuve. De plus je serais au départ de la 1ère édition du trail de La Roche Vineuse (encore plus proche de chez moi) samedi prochain. Mais le but sera de participer et pas de perfer.

@+ dans l'sentier

Repost 0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 08:18
Valerie, Nicolas et moi étions a fleurieux sur l arbresle pour la troisième édition des foulé

http://www.ajc69.sitew.com/fs/Root/66xtf-logoFF.png

es fleurinoise. Très beau parcours avec 300 mètres de dénivelé et 14 km de chemin a travers les bois, le long des vignes sous un soleil radieux. Départ a 9:30, arrivée en 1:08 pour Nicolas, 1:13 pour moi et 1:19 pour Valerie. Comme il y avait des récompenses pour toutes les catégories, j ai eu le droit a une médailles de la 2ème senior et une très jolie orchidée:-) j aime encore plus courir maintenant!!!
Super ambiance, avec un balisage parfait et des bénévoles au top. Il y avait même des ostéopathes pour nos petites douleurs.
Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 19:50
http://3.bp.blogspot.com/-PCR4JX2j93Q/U2PDVNruymI/AAAAAAAAAFY/yrYtrvPVLV8/s1600/Sans+titre.PNG3 TCN au depart, 3 TCN a l'arrivee :)
 
Les Sapeur-Pompiers de Trevoux organisaient la 1ere edition de la Vallee Trevoltienne samedi apres-midi : une chance pour ma pomme de courir sur mes anciens terrains d'entrainement et de pouvoir assurer mon role de benevole a la Pommiers VTT, pour Mumu de se faire une petite course avant une matinee de travail dominical et pour Fred de remettre un dossard apres un long moment. Coincidence rigolote, on partira lui et moi avec le dossard n°95 sur nos parcours respectifs. Le meme 95, c'est Isa qui l'aura le lendemain a Macon!
 
Le depart etait prevu a 15h et a ete decale car Gilbert etait annonce sur la course... Euh non, la vraie raison est que nous allions traverser des routes plutot frequentees et qu'il fallait finir de securiser le parcours. Avec une caserne de pompiers plus une de gendarmerie dans la ville, ca ne rigole pas!
 
A l'echauffement, j'ai repere le debut de la course. Tres simple, ca va partir a fond car on descend au point le plus bas de Trevoux. Au bout d'un kilometre, ca monte pendant 2km puis grande descente de 1.5km. Ensuite, pendant 2.5km, c'est du vallone tantot chemins, tantot routes pour finir par une 2nde bosse d'1.5km et profil descendant voire tres descendant pendant 2.5km et un dernier km a plat(ou presque).
 
L'objectif pour ma pomme etait de mettre mon palpitant dans le rouge comme a VTT en prevision du vetathlon de Ville-sur-Jarnioux. Je pars donc tres vite et me cale dans le tempo de 2 "anciens" de l'ACVS. Chose rare, j'ai mis la ceinture "Garmain"(comme le dira le speaker puisque je l'oublie a l'arrivee sur le trottoir...). Les conditions meteo sont dures et durant toute la course, nous nous positionnerons sur la chaussee en fonction du soleil pour chercher un max l'ombre...
 
Isa et Cathy se promenent en voiture pour nous encourager. Elles seront la en haut de chaque bosse.
 
En haut de la 2nde bosse, a 3 km de l'arrivee, les filles m'annoncent 8eme. Je sais que ca va descendre, exercice ou je suis plutot a l'aise meme si c'est de la route. Je grignote petit a petit le 7eme. Mais c'etait sans compter sur mon binome du jour, Christian, l'organisateur du Toussitrail, qui me reprend sur le plat du haut et prend ses distances. Je ne peux donc que forcer encore un peu pour reprendre cette 8eme place. C'est finalement dans la derniere descente "tout droit" que je redouble. Sur la ligne droite ou on commence a entendre le speaker, je monte le cardio a fond en esperant ne pas entendre de pas revenir.
 
12.8km, 200m+, 55'12", une bonne moyenne a 13.8km/h et 165bpm(90%FCM) et une 8eme place au scratch. Je jette un oeil aux resultats qui tombent vite et vois que le seul V1 devant moi est 3eme... Donc je vais faire 1er V(ieux)1 :)P1000196--Medium-.JPG
  P1000214--Medium-.JPG
Mumu arrive a la bagarre pour prendre une 3eme place au scratch en 1h07'51"et Fred arrive en 1h54'29" sur le 21km.
 
La remise des recompenses sera tres longue... J'ai rarement la chance de monter sur la boite alors on attend. En plus, il faut faire les photos avec le maillot TCN(je l'ai inaugure la, il a du me porter chance).
 
 
P1000212--Medium-.JPGRDV a Ville-sur-Jarnioux le 12 octobre. D'ici la, prendre quelques kilometres de denivele a velo dans les jambes...
Repost 0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 22:43

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/2/22/6000d-logo.png/290px-6000d-logo.pngLa 6000D, La course de l’année pour moi, une de ces courses qui fait rêver, une de ces courses qui me paraissait inaccessible il n’y a encore pas si longtemps. Et puis, les entrainements plus réguliers avec le club m’ont permis de croire que je pouvais me lancer un défi comme celui-là. Ma grosse interrogation était de savoir si j’allais pouvoir aller au bout, une question que je me posais depuis quelques temps déjà. Ma préparation de ces derniers mois m’a semblée bonne et les 3 jours de Chartreuse fin mai m’ont permis de tester mes capacités à accumuler la fatigue et gérer des distances auxquelles je n’étais pas habitué.20140726_094910--Medium-.jpg

L’arrivée en fin d’après midi le vendredi augurait un weekend festif, le village est en effervescence et on sent que l’organisation veut tout faire pour que cette 25ème année de la 6000D soit une réussite. Je récupère mon dossard et fais un petit tour dans le village ou se trouvent les principaux partenaires de la course. Direction « Pasta Party » ou je me gave littéralement puis je regagne le gite ou je prépare minutieusement mes affaires. Il semble que le glacier soit accessible et que le temps devrait se maintenir.

Après une nuit sans cauchemars ni angoisses, je me réveille frais pour ce jour qu’on attend forcément depuis longtemps.

Je descends à 04h30 sans trop faire de bruit de peur de réveiller du monde mais je me rends vite compte que la cuisine est déjà allumée et que le gîte est plein de traileurs prêts à en découdre avec les 63km de montagne qui les attendent. Déjeuner sans trop de discussion hormis les conditions météo qui inquiètent tout le monde (une pluie intense est en train de tomber). Quelle tenue prendre, personne ne sait trop : je décide de prendre une tenue plutôt chaude (tant pis pour le tee shirt TCN, il restera dans la valise).

Arrivé au village, il est 05h20. Ambiance humide, température correcte, le speaker à l’air déjà en forme… La pression commence à monter et la veste imperméable est de sortie vue la fine pluie qui se remet à tomber. L’animateur nous annonce que malheureusement la course ne passera pas par le glacier, les conditions étant trop mauvaises : petite déception même si on nous assure que la distance sera au moins égale avec un plan B de l’organisation.

L’ambiance est électrique, c’est la fête, tout le monde est excité, c’est bon ces moments là.

Le départ est donné, on est nombreux, je me trouve dans la deuxième partie et même si je double beaucoup de coureurs sur les 3 ou 4 premiers km, je me suis retrouvé contraint de marcher dès les premières grimpettes, en file indienne. Après tout, je me dis que ça m’obligera à ne pas trop me fatiguer du départ. L’ascension se passe bien, la pente est douce et l’ambiance est à la plaisanterie. Après ces quelques km de montée ou la pluie est de la partie et le terrain bien boueux, nous arrivons au minuscule village de Montalbert (10km) ou les supporters nous attendent avec cloches et petites trompettes. Ces quelques secondes passées dans le village font du bien mais il faut repartir en direction de la forêt pour …monter encore. Quelques km plus tard, j’entame la piste de Bobsleigh. La pluie s’est arrêtée, dommage, la piste est couverte… Cette partie est sympa avec une musique d’ambiance pas très récente (Catherine LARA si ma mémoire est bonne) mais qui me fais penser à autre chose que de mettre un pied devant l’autre. Impossible de doubler sur cette partie de la piste mais le rythme de mes coéquipiers d’un jour me va bien, j’ai le temps de prendre quelques photos. Le téléphone sonne, ma petite femme qui m’appelle et me demande ou je suis, ayant peur d’avoir raté mon arrivée. Je la rassure et lui dis que j’entends le public donc pas très loin. L’arrivée de la piste de Bob a été un de mes très bons souvenirs de cette course car je ne m’attendais pas à voir autant de monde, une ferveur et un enthousiasme contagieux. Je m’arrête pour dire à ma supportrice que tout va bien. Et ce n’était pas que pour la rassurer que je disais ça, j’ai bu régulièrement, je savais que le 1er ravito n’était pas loin et j’allais pouvoir manger et refaire le plein de boisson. J’attaque une légère descente qui me relance bien, d’autant que certains ont eu l’air d’avoir quelques difficultés à se remettre à courir. Je les double sans hésiter. Après une belle montée, longue, et dure sur les derniers 300 mètres, j’arrive à Aime la Plagne ou je vois ma moitié, je suis un peu moins frais, les dernières pentes m’ont pris de l’énergie. Heureusement, une belle et longue descente (environ 2km) me permet d’avancer en « roue libre ». Enfin l’arrivée à La Plagne centre avec une foule qui encourage et le 1er ravitaillement qui est très, très fourni. Je m’empresse de remplir ma poche d’eau puis prend quelques barres énergétiques et vais tout droit vers la soupe car la descente m’avait refroidi. J’en prends 2 fois car je l’ai trouvée excellente. Je ne m’attarde pas plus de 5-7 mn (car il ne fait pas très chaud), remets un coupe-vent et repars pour une montée de 7 à 8km ou le brouillard vient s’inviter à la course. L’humidité est bien présente et je commence avoir froid au 25ème km juste avant d’arriver à la roche de Mio, on est à 2500 m d’altitude, pas à l’abri, un léger vent qui me refroidi, je regrette de ne pas avoir pris mes gants (et dire que j’avais hésité longtemps la veille). La montée est longue, j’ai froid, on ne voit pas à 50 mètres mais je commence à entendre les cloches et les encouragements. Encore 10 mn et j’aperçois les premiers fous (et folles) furieux qui attendent à 2700m d’altitude, dans le froid et le brouillard, ils sont nombreux, digne d’une étape du tour de France… je passe le col, ma femme est là et je ne la rassure probablement pas en lui disant que j’ai froid, que c’est dur, que je sens une fatigue générale (après coup, je me dis que l’altitude, le manque d’oxygène a dû jouer sur mon état). Clairement, le moral en a pris un coup. Je repars, la descente fais du bien, je mange mes barres énergétiques, bois malgré le froid. Paradoxalement, je me réchauffe petit à petit dans la descente. Tout va beaucoup mieux, le moral et les jambes. Le ravitaillement est là et je rempli ma poche mais je me rends compte que je n’ai presque rien bu. Je me restaure et bois de l’eau gazeuse que je trouve très bonne et décide de m’en remplir une petite bouteille « pour la route ». Comme prévu, je ne verrai pas le glacier. On est au 30ème km et la descente commence, je m’attends à ce qu’elle soit longue. Je me sens bien, nous sommes trois coureurs à vouloir prendre un rythme soutenu et nous doublons une ou deux dizaine de coureurs qui malgré la descente, ont des difficultés à avancer. Du coup, les kms défilent assez vite. 20140726_100027--Medium-.jpgMais bientôt, le col de l’arpette pointe le bout de son nez, dernière grosse difficulté au 38ème km. Je serre les dents et reprends mon rythme de marche rapide, les jambes commencent à être dures mais ça tient. Je passe le col, le temps s’arrange nettement et le moral est bon, il ne reste plus que de la descente. Quelques km et j’arrive à plagne Bellecote ou l’ambiance est au rendez-vous : l’animation est sympa et je ne fais que regarder le ravitaillement pour l’instant, je n’ai pas faim. J’attends quelques mn et me décide à manger quelque chose qui pourrait me faire envie. Décidément, ça ne passe pas, par contre, je bois beaucoup : c’est déjà ça. Je repars et les km en pente douce sont agréables. Nous arrivons à Montchavin, dernier ravitaillement (52ème km), je mange un peu cette fois et repars, le village est magnifique et toujours cette ambiance ou tout le monde t’encourage : C’est bon ça. Les 10 derniers km sont faits de sentiers, secs cette fois, parfois couvert d’herbe qui fait du bien aux jambes, ça change de certaines descentes de pierriers. Nous passons un petit pont et trouvons une piste cyclable indiquant qu’on arrive au village. On entend le speaker, quelle joie d’arriver, passer au milieu du village (voir certains coureurs en terrasse en train de se siroter une mousse…), et enfin voir la ligne d’arrivée et la franchir. Je fini en 09h57, rincé mais sans blessure, de pépin physique.

Après avoir passé une bonne nuit, les premiers pas du matin sont un peu délicats mais peu à peu, tout rentre dans l’ordre. Il fait très beau ce matin et on chercherait presque l’ombre lors de la remise des prix. Le repas de midi est très sympathique, copieux et tout le monde à le sourire, heureux d’avoir fait une telle course.

Pour en finir, je tir mon chapeau à l’organisation qui a été au top, ou les ravitaillements ont été très bien positionnés et des supporters qui encouragent tout au long de la course (même aux sommets des cols ou l’humidité et le froid ne les ont pas découragés).Sortie-du-11-Avril-2010-96651--Medium-.JPG

 

 

 

 

 

Repost 0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 15:39

DSC 1111

http://www.grandraidpyrenees.com/templates/grp/images/header.jpg

Samedi 23 août à 5h du matin François prenait le départ de la célèbre course du "Grand Raid des Pyrénées". 80km/5000m au programme.

Nous avions decidé de passer une semaine de vacances dans cet endroit pour repérer un peu le coin et puis j'avoue que j'aime beaucoup les paysages des Pyrénées...surtout l'été !

Le départ se fait sous un feu d'artifice dans la nuit et se sont plus de 1000 coureurs qui s'élancent avec leurs frontales... Un moment magique....

Le départ est rude car il s'agit de monter jusqu'au col de Portet (2215m). Après quelques minutes de course François s'aperçoit soudain que son Kmel-bag s'est ouvert ! Plus de chaussettes ni d'ipod ! Il décide de faire marche arrière, surtout pour retrouver son ipod auquel il attache une valeur sentimentale. Il arrive donc en queue de course, recupère son ipod (tant pis pour les chaussettes...) et recommence à grimper vers le col en remontant un par un les coureurs.

Le soleil se lève peu à peu, il apprécie ces décors magiques et arrive alors au-dessus des nuages au Col de Portet. Il en profite pour immortaliser quelques photos et vidéos à l'aide de sa go-pro (toute neuve !).

Je le revois environ 6h après le départ de la course (peu après 11h) au ravitaillement d'Artigues, le moral est bon, les jambes egalement ! Il grignote un peu, me confie sa go-pro qui hélas n'a déjà plus de batterie et le voilà reparti...

Il passe à 15h le pic du midi (2800m) où il a le sentiment d'avoir déjà réussi une partie de la course, le vent souffle fort là-haut et il se refroidit. Je le retrouve à 16h35 tout en bas de la descente. Je le trouve alors bien pâle, il m'avoue être content de me revoir enfin (c'est alors que le rôle de supporter devient encore plus gratifiant !), mange la compote de pomme et la brioche que je lui tend et repart...

16h50 nous nous retrouvons à nouveau au ravito de Tournaboup où il y a une excellente ambiance et où les coureurs du 80km cotoient ceux du 160 et du 120.

Après avoir mangé quelques pâtes et s'être bien hydraté, François repart... Il sait d'après les bénévoles que la portion qu'il va attaquer est alors assez rude... Qu'importe, il est motivé, les jambes tirent mais le mental est d'acier. Tout va bien.

Je ne le retrouverais qu'à l'arrivée à Vieille-Aure à 23h56 après 18h56mn de course.... Bien que fatigué il est très heureux de sa course !!! Il a l'impression d'avoir fait la course la plus aboutie depuis qu'il court (il a ressenti la même impression lors de son premier marathon, celui du Beaujolais).

On se promet de la refaire ensemble dans quelques années, avec egalement notre ami Gersois, Samuel Macari, grâce à qui nous nous étions inscrits à cette course.

Lien pour voir les photos du Grand Raid des Pyrénées 2014

Note du webmaster : Trop fort François, c'est le premier de tout TCN à déléguer la rédaction de son CR à son assistance. La classe...Mais je ne suis pas dupe. Tu vas quand même faire le tien, non mais.
Merci Mag d'assister ton chéri, mais la c'est too much ! Mais merci pour les belles photos aussi, qui donnent envie

Repost 0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 21:33

http://www.larosiere.net/images/prestations/4785-trail.pngVoila encore un beau trail de montagne : décors superbes, bonne orga et ambiance de copainsTeam.jpg
Deux parcours : 21k 1450D+ et 14k 650D+ ... un ou deux en plus en réalité
Départ et arrivée à La Rosière au pied du Col du Petit St Bernard à la frontière Italienne.
Le 21k regroupe toutes les caractéristiques d’un vrai trail de montagne : départ « dré dans l’pentu »
pour 600D+, parcours en crête au dessus du Col du Petit St Bernard, traversée du Fort de Redoute,
singles techniques entre les rochers et les torrents, montée de 400D+ hyper raide toute en lacet,
traversée avec des « coups de cul » à serrer les dents, descente de 1000D+ avec passages techniques
« à serrer les fesses » puis une partie dans les bois hyper roulantes mais raide à se briser les quadris
et pour finir remontée à La Rosière de 300D+ pour « achever la bête ».
Bref du beau parcours comme on les aime.
Côté résultat :
• Isa monte sur le podium V1. Bravo Championne ! Y’aurait-il des reste de gagne du BET 2013 ?Podium-isa.jpg
• FX sous les 3 heures à une place du top20, 7° V1 et il met une mine à Maud Gaubert. Pas mal
pour un cyclotouriste.
• Et ma pomme qui s’est bien fait plaisirs à la 35° place
Côté tarif c’est tout bien avec pour 20€, un buff, une serviette de bain en microfibre et le repas
d’après course, bière comprise.
L’orga a seulement merdé sur la météo avec 1h30 de flotte en début de course mais ils ont promis de
faire mieux l’année prochaine. On les croit sur parole tellement ils sont sympas.
En prime, on a eu droit à des superbes dédicaces de l’auteur de « Des bulles et DBDB-1.jpgdes bosses ». DBDB-2.jpg

Repost 0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 20:54

Les photos de la 27

 

 

 

Les photos de la 12

 

Un grand, grand merci à Jean Noel pour nous autoriser à les diffuser

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Theizé Course Nature
  • Le blog de Theizé Course Nature
  • : Le blog de Theizé Course Nature, un Club de Trail (un jour peut être de Raids Aventure) du Beaujolais au coeur des Pierres Dorées, au Nord Ouest de Lyon. Les entrainements se déroulent les Mardi soir à 19:15 (vitesse, fartlek) les samedi matin à 10H & les dimanche 9h ou 9h30 en hiver (sorties longues). RdV Salle Ramet à Theizé (sauf sorties extérieures avec préavis via mail)
  • Contact

Nos partenaires

ecusson-endurance-shop.JPG

Nous joindre

theizecoursenature[at]gmail.com

Pour télécharger le bulletin d'inscription de la saison 2014/2015, cliquez ici

La cotisation de cette année s'élève à 20€

Archives

Planning courses

PictoCalendrier.gif